Le facteur temps

Selon le site officiel de l'administration française Service-Public.fr, la durée légale du temps de travail en France est de 35 heures par semaine pour tout salarié d'entreprise. Ce quota horaire a été fixé par la loi du 20 août 2008 sur le temps de travail, dont une partie, appelée "Loi Tepa", permet de garantir un certain nombre d'avantages à l'employeur en cas de dépassement ponctuel avec des heures supplémentaires. (*cf note bas de page)

Le salarié doit aujourd'hui être à l'image de l'entreprise qui l'emploie : souple et flexible. En cas de surcharge temporaire de travail, il lui est demandé un investissement supplémentaire afin de répondre aux objectifs saisonniers. Le forfait 35 heures peut alors s'envoler jusqu'à 44 heures par semaine en moyenne, mais peut dans certains cas approuvés par l'inspection du travail atteindre les 60 heures par semaine, ce qui représente 25 heures de plus !

L'horloge a toujours été placée à l'entrée des usines et des bureaux. Qu'il s'agisse de mesurer le temps de travail dans les secteurs secondaires ou tertiaires, la contrainte du temps qui passe s'est imposée depuis le début du 19ème siècle comme juge et partie. Les pointeuses ont fait leur apparition pour décompter les précieuses minutes qui séparaient les salariés de l'entreprise de leur poste de travail : entre leur entrée sur le site et leur occupation fonctionnelle du poste, il peut s'écouler de nombreuses minutes que l'entreprise ne rémunère pas.

Aujourd'hui le décompte du temps travaillé se fait avec les pointeuses modernes que sont les ordinateurs : en enregistrant l'heure de connexion à un poste informatique il devient enfantin de suivre les heures effectives. De même le calcul des pauses et des heures supplémentaires peut être traité avec l'outil informatique. Mais les pointeuses et badgeuses ne vont pas complètement disparaître pour autant...

Quelles sont les principales applications des différents outils ?

  • gestion du temps de présence
  • gestion des absences
  • planification des roulements présences / absences
  • congés RTT
  • Toutes notions de ressources humaines corrélées au temps de travail

Vers une informatisation de la gestion RH

Comme nous l'avons vu au cours de l'article, il peut vite s'avérer fastidieux de traiter et comptabiliser toutes ces informations. Il est bien entendu recommandé d'utiliser des outils modernes, comme un logiciel de gestion des heures supplémentaires. L'ingénierie informatique permet aujourd'hui de s'affranchir de bon nombre de contraintes, de gagner du temps et de bénéficier de méthodes et processus normalisés. car il ne faut pas l'oublier, le volet juridique est très important. La législation évolue et les logiciels de gestion d'heures supplémentaires prennent bien évidemment en compte toutes les données administratives et légales.

De plus, l'administration et l'archivage des feuilles de décompte horaire permet de générer un workflow, qui à son tour fournit une vision exhaustive des ressources humaines de l'entreprise en temps réél. A l'aide de ce type de logiciel, il devient aisé de dresser et gérer des tableaux de bord thématiques.

Le service administratif de votre entreprise réalise ainsi un gain de temps appréciable tout en se dotant d'outils informatiques professionnels qui acroissent le rendement et donnent la possibilité de représenter de nouvelles données différemment.

* Contingent de 220 heures supplémentaires par an et par salarié (depuis un décret du 21 décembre 2004 / repos compensateur.

Votre entreprise utilise t-elle une application informatique de gestion du temps de travail ? Si non, est-ce prévu ? Au sein du groupe d'entrepreneurs de Loire-Atlantique, les sociétés de plus de 50 salariés (et donc dotées d'un comité d'entreprise, lire l'article précédent), utilisent toutes ce type d'outil informatique.

Sources juridiques officielles (gouvernementales) :